Le stress n’est pas une source de productivité

Dans le dictionnaire des idées reçues du management, l’idée qu’il existerait un « bon » stress, source de motivation et de productivité est tenace. Dans leur ouvrage « Le Management toxique », Chantal Vander Vorst, Directrice de  l’Institut de neuro-cognitivisme et Patrick Collignon de l’INC,  battent en brèche ce cliché : le stress d’un employé est plutôt le reflet d’un renoncement de son manager. Décryptage en forme de pavé dans la mare.

Les indicateurs de productivité des employés sont utiles aux départements RH pour mettre le doigt sur certains problèmes. C’est le cas du stress. Dans ce domaine, la France apparaît en tête des classements mondiaux. La "Troisième enquête européenne sur la qualité de vie" (EQLS 2012) réalisée par l’Institut de Dublin (rattaché à la Commission Européenne) révèle que 5% des français se sentent « stressés en permanence » au travail (contre 3% pour l’Europe entière), 13% « la plupart du temps » (contre 9% en Europe) et 13% « plus de la moitié du temps » (contre 11% en Europe). En réalité, seules Chypre et la Grèce affichent des taux de stress supérieurs. Les causes de ce stress : un manque de reconnaissance du travail accompli (30% des français contre 22% de moyenne européenne) ; une difficulté à concilier vie professionnelle et vie privée (57% des européens) et des conditions qui se durcissent sur le marché de l’emploi (15% des français pensent qu’ils vont perdre leur emploi dans les 6 mois à venir).

 

Evaluez la toxicité de votre management

Si certains managers pensent encore que le stress est une importante source de productivité, l’ouvrage « Le Management toxique » co-rédigé par les spécialistes Patrick Collignon de l’INC et Chantal Vander Vorst, Directrice de  l’Institut de neuro-cognitivisme, offre matière à réflexion. « Etre stressé est le signe que l’on n’est plus en cohérence avec soi-même, avec son environnement » assènent les auteurs. Si certaines personnes ont besoin d’être poussées dans leurs derniers retranchements pour être productifs, le stress est rarement un élément de motivation, au contraire il provoque la fuite, le conflit ou l’inhibition. Ainsi, le management en mode « injonction », devient toxique plutôt que d’offrir un soutien au salarié : il le déstabilise, le démotive, et le pousse au final à se cacher.

 

Au-delà de ces constats, l’ouvrage de P. Collignon et C. Vander Vorst cherche à donner des clés aux salariés comme aux managers. Ainsi, par exemple, il conseille d’une part au salarié de chercher à comprendre les moteurs de sa motivation (« auto-coaching »), puis de partager le fruit de cette réflexion avec son manager. L’ouvrage propose en outre un test permettant d’évaluer le degré de toxicité de votre management.

 

Lire l’article

 

En complément :
les résultats détaillés de l’étude de l’Institut de Dublin
et une présentation vidéo de l’ouvrage « Le management toxique »

 

A lire sur MyProjectCafe :
« Le lean, facteur de stress ? »
et « Ces cadres qui ne veulent plus encadrer ».  

 

© Brian Jackson - Fotolia.com

Votre notation : Aucun Moyenne : 4.4 (8 votes)