Les leçons de management de l’armée

Loin des idées reçues véhiculées par l’Adjudant Kronenbourg ou le Gendarme Cruchot, l’armée n’est pas toujours synonyme d’autoritarisme borné. Les écoles de l’armée sont même souvent à l’avant-garde des dernières techniques de management. Depuis la fin de la conscription, la « grande muette » a dû s’adapter pour recruter et fidéliser ses cadres. Cette transformation est aujourd’hui une source d’inspiration pour les entreprises. Décryptage cinq étoiles.

« A l’armée on apprend à commander ». Certes, mais commander ne se résume pas au seul fait de donner des ordres. Tout bon manager le sait. Commander signifie aussi savoir déléguer et responsabiliser, organiser le feed-back, partager les informations et fixer des objectifs. Ainsi, la base de Saint-Cyr Coëtquidan, en Bretagne, a non seulement pour mission de former les futurs cadres de l’armée, mais reçoit en outre 2000 cadres et étudiants chaque année pour suivre une formation au management. 

 

Retour d’expérience, partage d’informations et collaboration

Depuis la fin du service militaire obligatoire en 1996, l’armée s’est lancée comme toute entreprise traditionnelle dans la chasse au recrutement. Mais au-delà de l’embauche, elle considère comme essentiel de fidéliser ses cadres. Plusieurs méthodes ont été mises en œuvre pour créer l’adhésion. Par exemple, l’armée s’efforce de responsabiliser au maximum ses employés (le supérieur hiérarchique devant en conséquence interférer le moins possible dans la mission qu’il a confié à l’un de ses subordonnés). Par ailleurs, elle a « ritualisé » le retour d’expérience : un débriefing étant prévu après chaque mission pour évaluer le bon et le moins bon, et capitaliser sur l’expérience acquise plutôt que de réinventer la roue à chaque nouvelle mission (ou projet en langage civil).

 

L’armée s’efforce en outre de faire comprendre à ses employés la force du collectif (« un soldat isolé est en danger de mort »), via des entrainements où la collaboration est souvent le seul moyen d’atteindre ses objectifs. Dans le même esprit, le partage d’informations est capital pour prendre de bonnes décisions, particulièrement en temps de crise. L’armée a ainsi développé une méthode originale, mêlant réflexion personnelle (grâce à des compétences particulières) et mise en commun des conclusions, et collaboration. Enfin, l’armée a mis au point d’autres techniques visant à donner du sens au travail de chacun, à apprendre à poursuivre un seul objectif à la fois, ou encore à resserrer les liens d’une équipe.

 

Lire l’article

 

En complément :
un article sur les stages offerts par l’armée aux cadres d’entreprises

et un autre sur les apports spécifiques au secteur bancaire

 

 

A lire sur MyProjectCafe :
« Qu’est-ce qu’un bon leader ? »
et « Ces cadres qui ne veulent plus encadrer »

 © martinfredy - Fotolia.com

Votre notation : Aucun Moyenne : 4.4 (7 votes)