JO d’hiver de Sotchi : grands projets pharaoniques dans le Caucase

La 22ème édition des Jeux Olympiques d’hiver a été officiellement lancée le 7 février dernier. Si Moscou avait accueilli les JO d’été en 1980, c’est la première fois que la Russie organise les jeux d’hiver. Au-delà des polémiques autour du coût de ces JO (37 milliards d’€, soit les JO les plus chers de l’histoire été et hiver confondus), voici quelques éléments contribuant à cerner l’ampleur de la gestion de ce projet hors norme. Добро пожаловать в сочинской Олимпиаде !

On ne s’attardera pas sur les polémiques lancées autour du coût pharaonique de ces Jeux Olympiques d’hiver 2014, organisés dans une région subtropicale : 37 milliards d’€, soit le budget cumulé de Londres 2012 et de Pékin 2008 qui étaient eux des JO d’été (les derniers JO d’hiver à Vancouver avaient bénéficié d’un budget de 1,4 milliards d’€). On connait depuis longtemps l’appétit des responsables politiques pour tout événement ou grand projet capable de mettre en relief la grandeur de leur nation, quel qu’en soit le prix… Notons tout de même qu’une partie des infrastructures construites dans le cadre de Sotchi 2014 sera réutilisée pour la Coupe du Monde prévue en 2018 en Russie et que Sotchi accueillera les XIèmes Jeux Paralympiques d’hiver du 7 au 16 mars 2014. 

 

 

Les JO de Sotchi : une gestion de projets à la mesure de l’événement


Les JO de Sotchi ont mobilisé 60 000 ouvriers pour bâtir les sites olympiques, dont ¼ sont venus de pays voisins. 367 km de routes ont été construits pour relier l’ensemble des sites (dont la route la plus chère du monde), plus 201 km de voies ferrées,  77 ponts, 12 tunnels, 2 nouvelles gares et un nouvel aéroport. Une centrale hydroélectrique a également été édifiée pour fournir les 11 sites en énergie (dont les 60 000 chambres construites pour l’occasion dans 3 villages olympiques). 25 000 bénévoles assureront l’intendance pendant le déroulement des Jeux et 37 000 policiers et militaires veilleront sur la sécurité des sites, notamment via 11 000 caméras et quelques drones de surveillance. De plus, 410 cosaques viendront leur prêter main forte en prenant en charge la sécurité des athlètes (1 siècle après leur anéantissement par le pouvoir bolchévique). Côté sport, 3000 athlètes issus de 88 nations participeront aux 98 épreuves de ces JO, dont la couverture médiatique sera assurée par 13 000 journalistes, pour une audience d’environ 3 milliards de téléspectateurs.

 

En 2011, PwC a été nommé  « Fournisseur officiel de services spécialisés ». A ce titre, l’entreprise a pris en charge plus de 200 projets dans les domaines de la planification, de la préparation et de l’accueil des Jeux, en collaboration avec le Comité Olympique. Selon Robert Gruman, Associé et Responsable du conseil aux entreprises chez PwC Russie, pour la première fois dans l’histoire des Jeux, leur organisation aura été centrée sur le mode projet. Plus de 70 consultants de PwC sont ainsi intervenus à tous les niveaux de l’organisation, en s’efforçant d’innover pour créer un modèle de gestion de projet d’avant-garde, baptisé « Sochi Model ». Parmi les réalisations : la planification des Jeux, l’optimisation de l’expérience des spectateurs, l’organisation des tournées d’inspection, la gestion des ressources humaines, la maîtrise des risques, l’élaboration budgétaire et la formation des équipes aux principes de développement durable. Si, si.

 

Quelques entreprises françaises auront largement contribué au succès de ces JO : par exemple, Poma a construit 16 remontées mécaniques en 5 ans. 3 000 collaborateurs du Groupe Atos ont travaillé sur le système d’information. Le Groupe MND a fourni un système innovant de déclenchement d’avalanches sans explosif. Cofely Ineo, filiale de GDF SUEZ, assure des animations lors des cérémonies d’ouverture et de clôture. Accor va ouvrir 4 hôtels à Sotchi.  Lumiplan intervient sur la signalétique et a développé une application mobile de guidage des spectateurs. Et le Groupe Compagnie des Alpes assure et assurera la gestion du domaine skiable de Rosa-Khutor. Selon Cluster-Montagne, un spécialiste de l’aménagement en montagne, les sociétés françaises vont réaliser à Sotchi un chiffre d’affaires qui pourrait atteindre 500 millions d’€.

 

* Добро пожаловать в сочинской Олимпиаде : bienvenue aux Jeux Olympiques de Sotchi (via Google Translate)

 

Lire l’article

 

En complément :

un article sur les investisseurs des JO de Sotchi
et le site de PwC (en anglais) dédié aux Jeux.

 

A lire sur MyProjectCafe :

« Les JO 2012 sous le prisme de MSP »
et « Euro Foot 2016 : Comment la France a-t-elle été choisie ? ».

 

© ankdesign - Fotolia.com

Votre notation : Aucun Moyenne : 4.6 (5 votes)