« Fab Lab » : je sais que tu le peux

Le concept des « Fab Labs », apparu à la fin des années 1990, vise à donner les moyens à tout individu de concevoir puis fabriquer n’importe quel prototype unique. Mêlant logiciels et matériels libres et s’appuyant sur la collaboration et la créativité en réseau, ils se développent à toute allure, bien aidés par les progrès technologiques, dont notamment les imprimantes 3D. Décryptage à la fraiseuse de précision.


Contraction des deux mots anglais « Fabrication » et « Laboratory », les Fab Labs sont des ateliers de fabrication un peu spéciaux. Ouverts à tous, ils proposent en libre accès des machines-outils pilotés par ordinateurs permettant de créer n’importe quel objet. Inventé à la fin des années 1990 par Neil Gershenfeld  – un  professeur du MIT spécialisé dans les sciences physiques et l’informatique – pour démontrer dans quelle mesure une communauté peut améliorer sa productivité et sa créativité en disposant d’un accès libre à des technologies, le Fab Lab est un lieu de conception collaborative idéal pour fabriquer des prototypes uniques. Le concept dérive notamment d’un cours que Neil Gershenfeld (qui dirige le « Center for Bits and Atoms » du MIT) dispense depuis des années au MIT (« How to make (almost) everything ») et toujours proposé aux étudiants aujourd’hui.

 

Valoriser la créativité des individus

Equipés de fraiseuses de précision, de découpeuses laser ou vinyle, d’imprimantes 3D, de scies sauteuses et à ruban, de ponceuses, de perceuses, de machines à coudre, de machines à produire des circuits imprimés, … , les Fab Labs sont mis à disposition de tout un chacun pour « apprendre par le faire », selon le vœu de Gershenfeld. Ils tirent parti des concepts de logiciels libres, étendus à la notion de « matériels libres » (open hardware) et d’interopérabilité des équipements (appelée également « bricolabilité »). Après la création du premier Fab Lab au MIT (pour un investissement d’environ 20 M$ tout de même), l’idée s’est répandue rapidement et de nombreux autres centres ont été créés dans le monde entier. L’équipe de Gershenfeld ayant « essaimé » dans le monde, avec des investissements initiaux nettement plus réduits (20 000 $).

L’ « Apprendre par le faire » se transforme bientôt en « Je peux le faire ». Selon Neil Gershenfeld la plupart des problématiques humaines sont aujourd’hui des processus ultra-centralisés (énergie, écologie, santé), alors qu’il existe sur terre des millions de personnes disponibles, créatives et de bonne volonté. Les Fab Labs visent à valoriser la capacité créative des individus lambda et tirer le meilleur parti de leur potentiel. Et ça marche ! comme le prouve cette couverture du célèbre magazine « The Economist ».

Lire l’article

En complément : une présentation d’un Fab Lab français, une expérience en Basse-Normandie et la charte (en anglais) des Fab Labs

A lire sur MyProjectCafe : « Jouer en travaillant avec le Plörk » et « Interview : Jean-Yves Moine, inventeur du concept de "management de projet 3D" »

© picsfive - Fotolia.com

Votre notation : Aucun Moyenne : 4.4 (8 votes)