Coworking : vers une dématérialisation des bureaux

Avec près de 3000 unités dans le monde – chiffre qui double quasiment chaque année – les espaces de coworking ont le vent en poupe. Combinant tarifs accessibles, réseau de compétences complémentaires et mutualisation des infrastructures, ils ont été inventé à l’origine pour les indépendants en mal de socialisation, mais séduisent désormais tous types de professionnels, parfois même des salariés. Décryptage d’un nouveau mode de travail à mi-chemin entre le télétravail et la start-up.

Le coworking est un mode d’organisation du travail qui repose sur deux notions principales : un espace de travail partagé et un réseau de compétences privilégiant les échanges et l’ouverture ; le tout reposant sur la collaboration. A l’origine, son objectif était de permettre à des travailleurs indépendants d’éviter l’isolement, en leur fournissant un espace de socialisation, comparable à l’entreprise. Si on doit l’invention du terme au concepteur de jeux américain Bernie de Koven, le premier lieu de coworking  a été créé en Californie vers 2005. Ces précurseurs se sont inspirés des cafés de Paris (Saint-Germain) ou de Berlin, où se réunissaient des écrivains et des intellectuels pour mettre en commun leurs connaissances dans un environnement convivial et créatif. Avec les télécentres, les pôles de mobilité et tous les lieux publics (cafés par exemple) offrant des connexions wifi, les espaces de coworking sont inclus dans la catégorie des « tiers lieux », à mi-chemin entre télétravail et entreprise traditionnelle. Si les télécentres sont traditionnellement installés en milieu rural pour accueillir des télétravailleurs, les espaces de coworking sont généralement situés dans les principales zones urbaines. 

 

Coworking : mutualisation des infrastructures et des compétences

On recense aujourd’hui près de 3000 espaces de coworking, dont près de la moitié en Europe, et le chiffre double quasiment tous les ans. En France plus de 100 000 professionnels ont fréquenté cette année plus de 120 espaces de coworking, dont une trentaine à Paris. 80% des espaces de coworking en France sont gérés par des sociétés privées, environ 13% par des associations et 7% par des collectivités locales. Enfin, 72% sont rentables après 2 années de fonctionnement. Si les Etats-Unis détiennent le record avec 750 espaces de coworking sur leur sol, l’Europe en compte tout de même 25% de plus.

 

Les coworkers sont généralement des indépendants qui travaillaient auparavant à domicile. Un portrait-robot a été dressé il y a quelques années : un homme, d’environ 34 ans, urbain, connecté, aspirant à l’autonomie, titulaire d’un diplôme d’enseignement supérieur et lançant une activité, souvent mais pas exclusivement dans les nouvelles technologies.

 

L’espace de coworking est généralement conçu pour accueillir des compétences diverses, plus ou moins temporairement (en mode projet !). Le concept repose sur une mutualisation de l’espace et des infrastructures de base (énergie, connexion informatique, chauffage, voire restauration), pour un loyer compris entre 300 et 500€. Généralement décloisonné, avec un mobilier minimaliste ou modulaire, l’espace de coworking est souvent dédié à une profession : graphisme, développement Internet, édition, etc. Certains espaces se considèrent d’ailleurs comme des incubateurs de start-up.

 

Lire l’article

 

En complément :

une petit histoire du coworking, une étude sur la dématérialisation des bureaux
et un article sur les bénéfices des espaces de coworking .

 

A lire sur MyProjectCafe :

« La vie au bureau, ou mieux connaitre vos équipes »
et « "Fab Lab" : je sais que tu le peux » 

 

© Andi.es - Fotolia.com

Votre notation : Aucun Moyenne : 3.7 (3 votes)