Des chefs de projets inutiles ?

Dans une interview de Forbes, Nir Zuk, inventeur des pare-feu de nouvelle génération, fondateur et CTO de Palo Alto Networks, jette un pavé dans la mare : les chefs de projets ajoutent une couche de complexité à l’organigramme ! Lorsque vous recrutez quelqu’un dont la seule charge est de coordonner… c’est le début de la fin… Centraliser est inutile, voire contre-productif… Au-delà de la provocation, c’est tout un mode d’organisation qui change. Détails de ses arguments.

Nir Zuk, ingénieur israélien, fut l’un des premiers employés de Check Point Software Technologies, pour laquelle il a participé à la création du premier pare-feu commercial. Puis, passé chez Juniper Networks, il contribuera également au développement de logiciels de sécurité. Mais, lassé par le fait que ses « meilleures idées n’ont jamais pu être concrétisées du fait de l’incompétence, de la bureaucratie et des batailles politiques internes », il quittera ces deux entreprises, sans faire jouer ses droits de lever ses stock-options, et partira créer sa propre entreprise : Palo Alto Networks. Celle-ci développera le concept de pare-feu de nouvelle génération, avec un succès illustré par son entrée en bourse réussie.

 

Surtout pas de chefs de projets !!!

Fort de cette réussite, Nir Zuk développe une démarche de management originale, principalement basée sur la confiance et la délégation de responsabilités. Par exemple, il a décidé d’aller à l’encontre des pratiques du secteur en partageant les parts sociales de son entreprise avec ses collaborateurs : « Je crois au partage des richesses, mais pas nécessairement dans l’acceptation communiste ». Cette décision relève principalement du bien être des collaborateurs : « ils se sentent bien et n’ont pas l’impression que le fondateur leur a menti ou les a abusé ».

 

Le moteur de Zuk réside dans la crainte de ne pas maîtriser la croissance de son entreprise. Il considère qu’à force de grossir les entreprises croulent sous leur propre poids : lorsque les entreprises se développent, elles pensent qu’il est nécessaire de recruter des coordinateurs. Pour lui c’est le début de la fin : « ce type de profil ne fait rien d’autre que de coordonner… et considèrent qu’il y a toujours quelque chose à coordonner, à tel point qu’ils inventent des problèmes qui n’existent pas. »

 

Nir Zuk considère que le travail de coordination doit être pris en charge par les équipes elles-mêmes. Les décisions ne doivent pas être centralisées. Ce qui nécessite un recrutement spécifique ciblant des profils capables à la fois de mener des projets, de prendre des décisions et de se coordonner avec les autres équipes. Des chefs de  projet donc ? non. Bref… Nik Zur pense que généralement les responsables ne font rien pour valoriser le travail de leurs subordonnés et que de là viennent la plupart des problèmes des entreprises. A méditer.

 

Lire l’article (en anglais)

 

En complément :

un article sur la délégation 

et un autre sur la prise de décision collaborative.

 

A lire sur MyProjectCafe :

« Vive la fiabilité, adieu les décisions absurdes ! »

et « Qu’est-ce qu’un bon leader ? »

 

© anyaberkut - Fotolia.com

Votre notation : Aucun Moyenne : 4 (6 votes)